Sciences et langage





Il n’est pas un seul scientifique qui ne soit amené, à tout moment de sa recherche, à insérer celle-ci dans le langage.

G.Charpak, P.Léna, Y.Quéré, « L’enfant et la science », Paris, O.Jacob, 2005
  • Cahier de laboratoire où l’on inscrit continûment les protocoles des expériences en cours, les hypothèses et les résultats obtenus ;
  • Articles où l’on communique à ses pairs les résultats obtenus et leurs implications ;
  • Communications et conférences où on les décrit en détail et où l’on est censé les défendre.

Les scientifiques s’exercent ainsi sans cesse à la discussion et à l’argumentation, écrites comme orales, permettant de clarifier la pensée, d’affiner le raisonnement et d’échanger et communiquer leurs recherches.

G.Charpak, P.Léna, Y.Quéré, « L’enfant et la science », Paris, O.Jacob, 2005

Quelle articulation entre sciences et langage ?

  • L’élève découvre, observe, expérimente, se questionne.
    • Il développe des compétences langagières.
      • Il raisonne, explique, justifie, argumente, structure sa pensée, construit son savoir.

L’oral

  • Parler avec précision pour nommer, décrire, comparer, qualifier des objets, faits et phénomènes observés ou expérimentés.
  • Parler pour échanger des points de vue, formuler sa pensée et la rendre compréhensible, justifier sa réponse, questionner celle des autres, argumenter, contredire, raisonner.
    • Écouter l’autre, tenir compte de points de vues différents, modifier son point de vue, construire une synthèse
  • Parler pour évoquer ce qui a été observé, fait, compris, se projeter.
  • Parler ensemble pour construire un projet collectif, un protocole, un fonctionnement de groupe, une restitution collective, formuler des connaissances/ce qui est à retenir, pour s’évaluer/évaluer les autres.

L’écrit

Préconisé par la Main à la pâte dès 1998 dans le cadre du PRESTE (principes 5 et 6 de la charte):

  • Les enfants tiennent chacun un cahier d’expériences avec leurs mots à eux. »
  • L’objectif majeur est une appropriation progressive par les élèves de concepts scientifiques et techniques opératoires, accompagnée d’une consolidation écrite et orale. »
  • Ce n’est pas forcément un cahier, c’est un support écrit, un recueil de « traces » qui témoigne des expériences vécues par l’élève.

 Ressources Eduscol:

Site IFE: Les traces des démarches d’investigation dans la classe

Écrits informatifs et documentaires

Le scientifique, qu’il expérimente ou qu’il se documente, met en perspective les informations qu’il récolte avec ce qu’il sait, avec ce qu’il cherche et avec ses hypothèses. La lecture du scientifique est inférentielle et critique. C’est celle que nous souhaitons ici développer chez les élèves.

https://journals.openedition.org/reperes/149

Exemple d’un document grand public réalisé par Marc Bettinelli et publié sur le site du journal Le Monde le 19 avril 2020.

  • Quels points aborder avec des élèves de cycle 3 ?
  • Intérêts et difficultés du document.

L’éducation aux médias et à l’information (EMI): L’élève s’interroge sur la provenance des informations et la fiabilité des sources (capture d’écran).

  • Origine de la vidéo, auteur, identité du journal et son logo, la date de publication, le contexte dans lequel elle a été réalisée, sa nature (information, analyse, opinion…). Le titre n’est pas une question mais introduit une explication.
  • Préciser le vocabulaire: épidémie et pandémie, mode de vie, déforestation, biodiversité, mondialisation, consumérisme, émergence et propagation.
  • Faire le lien avec les connaissances et représentations des élèves en visionnant le début: quelles questions se pose-ton ?
  • Exploiter quelques supports extraits du film (graphiques, données chiffrées, cartes…)
  • Scinder le film en plusieurs parties; recherche en groupes

Nous vous proposons des documents d’accompagnement pour l’exploitation de cette vidéo 


Pandémies et modes de vie
Fiche pour l’élève
Guide pour l’enseignant