L’oral pour s’exprimer et communiquer en sciences

La maîtrise du langage scientifique – Repères de progressivité du cycle 1 au cycle 3

Au sein des séances à dominante scientifique, le langage oral constitue un objet d’apprentissage à part entière. Débat, argumentation, échanges oraux et écrits, les mots aident à la fixation des concepts,  certaines tournures syntaxiques sont indispensables à l’expression des relations de cause à effet (si… alors… comme… donc.. parce que…).

La désignation est introduite avec le terme exact, même s’il semble difficile dans sa prononciation ou dans sa forme écrite.

Pour être définitivement acquis, les mots devront être connus, reconnus, lus, écrits, orthographiés, mémorisés, situés, expliqués et réemployés chaque fois que nécessaire durant toute la scolarité.

Ainsi, tout au long des cycles, à travers la formulation des concepts abordés, les compétences langagières s’amplifient et se précisent.

https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Mettre_en_oeuvre_son_enseignement_dans_la_classe/44/1/RA16_C3_SCTE_2_prog_lexique_C1_C2_C3_568441.pdf

Commenter, expliquer, débattre, présenter oralement le résultat des recherches menées par la classe



http://chercheursenherbe.canope-grandest.fr/spip.php?rubrique12

Après avoir mis en œuvre une démarche scientifique, les élèves avec leurs enseignants doivent écrire, concevoir et réaliser un film à thématique scientifique (vidéo ou d’animation), d’une durée de 4 minutes (génériques non compris). La séquence est décrite à la suite du film.

ÉCOLE MATERNELLE
GS : Commenter oralement un PPT – La vie des papillons
https://primabord.eduscol.education.fr/le-numerique-au-service-des-sciences-en-grande-section
GS : Rédiger un petit documentaire à partir d’une observation antérieure portant sur le papillon piéride par dictée à l’adulte. Le texte sera envoyé aux CE1 qui le taperont afin de constituer ensuite un petit livret.
http://videos.education.fr/MENESR/eduscol.education.fr/2015/DVDs/2010_apprendre_parler/apprendreparler10_S12.mp4 https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Langage/19/1/Ress_c1_langage_oralecrit_dictee-adulte_529191.pdf description de la séquence page 33
MS : Apprendre à expliquer comment planter un bulbe de jacinthe
https://eduscol.education.fr/pid26573/webtv.html?mode_player=1&theme=398&video=327474#webtv_titre
Le festival du film des chercheurs en herbe MS : les plantes ont besoin d’eau mais pas trop
http://chercheursenherbe.canope-grandest.fr/spip.php?article520
PS : Apprendre à expliquer à une autre classe comment faire du jus d’orange
https ://eduscol.education.fr/pid26573/webtv.html ?mode_player=1&theme=398&video=327472#webtv_titrehttps ://eduscol.education.fr/pid26573/webtv.html ?mode_player=1&theme=398&video=327470#webtv_titre
Ressource : Le vocabulaire et la syntaxe dans les différents domaines d’apprentissage
https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Langage/59/2/Ress_c1_Annexe_Section_2_partie_1_Lexique_et_syntaxe_569592.pdf (Explorer le monde page 4 à 6)
CYCLE 2
CP : L’exposé – Présentation d’animaux (Vidéo en page 4)
https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Langage_oral/05/7/EV16_C2_FRA_langage-oral-expose-animaux_618057.pdf
Le festival du film des chercheurs en herbe CP : Des animaux tous différents
http://chercheursenherbe.canope-grandest.fr/spip.php?article485
CP-CE1 : Chouette ça germe !
http://chercheursenherbe.canope-grandest.fr/spip.php?article521
CYCLE 3
Le festival du film des chercheurs en herbe CM1-CM2 : Les mammifères de la forêt de Geoje
http://chercheursenherbe.canope-grandest.fr/spip.php?article538 CE2-CM1-CM2 : Le lombricàbrac
http://chercheursenherbe.canope-grandest.fr/spip.php?article471
Le débat
https://cache.media.eduscol.education.fr/file/S_exprimer_a_l_oral/40/7/4-RA16_C3_FRA_1_s_exprimer_le_debat_599407.pdf
Comment former les élèves à la présentation d’exposés ? ici

Il s’agit pour les élèves de construire leurs savoirs à partir de recherches documentaires et de les exposer oralement au groupe-classe.

Une fiche de travail qui détaille les éléments essentiels à prendre en compte pour réussir un exposé est mise à disposition. Elle comporte 5 consignes : choisir un sujet motivant, se documenter, faire un plan, rédiger, se préparer à dire son exposé (une fiche technique précise les éléments à prendre en compte pour l’oralisation d’un texte : surlignage de trois ou quatre mots, présentation, diction, placement de la voix, des yeux, débit, etc.).

Les élèves exposent à l’ensemble de la classe ce qu’ils ont appris lors de leur recherche. Pendant ces présentations, chaque élève de la classe a pour obligation de prendre des notes tant sur les savoirs présentés que sur la prestation orale. À l’issue de la présentation, ils évaluent, sur une fiche, un certain nombre de critères : présence d’un plan, qualité de la prestation orale (exposé dit ou lu), utilisation de supports ou de moyens de visualisation, qualité de la présentation du travail, qualité de la recherche et organisation des savoirs (construction d’un exposé personnel ou compilation de documents), existence d’un glossaire et d’une bibliographie, durée, ce qu’il a appris par rapport aux contenus et aux techniques d’exposés (pour remplir cette fiche, les élèves cochent des cases « oui »/ »non » devant les rubriques ou entourent des termes).

L’enseignant renseigne lui aussi une fiche qui reprend les mêmes éléments mais de façon plus détaillée (cohérence du plan, lecture maîtrisée, ce que la classe a appris, catégorisation des questions posées par la classe).

Lorsque ces fiches sont remplies, un tour de table permet que chacun verbalise ce qu’il a appris. Cette étape est importante car elle permet de mettre en avant les différents aspects à prendre en compte dans un exposé et de faire le point sur l’état des savoirs de la classe.
Comment préparer les élèves à une situation d’oral monogérée ? ici

Rendre compte seul, devant la classe, du contenu d’un article est un exercice difficile. Le dispositif mis en place vise à aider les élèves à gérer cette situation d’oral.

Les élèves sont regroupés par trio, chacun ayant un rôle bien défini : un est journaliste, l’autre est contrôleur, le troisième auditeur. Ces deux derniers ont des activités de lecture libre, ou éventuellement contrainte, pendant que le journaliste sélectionne un article dans un journal, un magazine ou sur Internet. Il informe alors le contrôleur de son choix et tous deux lisent silencieusement l’article choisi.

Après cette lecture, le journaliste expose le contenu de l’article à l’auditeur de son groupe qui pose toutes les questions qu’il souhaite, sur le thème, les lieux, les personnages, les définitions de mots, les manières de dire. Ce questionnement permet de révéler les points obscurs, les incompréhensions, les confusions, dus à une lecture insuffisante ou à des formulations peu précises. Dans cette phase, le contrôleur qui était en situation d’écoute pendant l’exposé peut intervenir pour aider le journaliste. Il a l’avantage d’avoir eu accès à une version lue et une version orale de l’article et d’être plus disponible aux échanges entre ces deux camarades. Pour les élèves en grande difficulté, l’enseignant occupe la place de récepteur supplémentaire. Ses questions, ses encouragements permettent d’étayer indirectement les élèves en leur donnant des pistes pour une relecture.

Le contrôleur et le journaliste relisent l’article avant que celui-ci ne le présente à l’ensemble du groupe-classe, épaulé si besoin par le contrôleur. Cette aide potentielle est très importante pour certains élèves particulièrement inhibés, ils se sentent moins seuls et craignent moins l’échec pour aborder cette activité de présentation monogérée (le contrôleur a pour consigne de n’intervenir qu’en cas de difficulté du journaliste dans une forme d’étayage léger).

La dernière partie de ce dispositif consiste à revenir sur les présentations des élèves, à les analyser et à les évaluer. Cette activité les met en position de réflexivité sur la langue. Ils prennent conscience que tout le travail s’est fait uniquement à l’oral et que celui-ci permet de penser, d’apprendre.  
Évaluer l’oral, interview filmée de Sylvie Plane, professeure à l’ESPÉ de Paris, vice-présidente du Conseil supérieur des programmes (3′)