PEAU d’ANE

 

 


D’après le conte de Charles Perrault

Réalisation: Jacques Demy

Année de création: 1970, Francepeaudane02

Musique: Michel Legrand

Interprètes: Catherine Deneuve, Jean Marais

Durée: 89 ‘

 

 


 

LE FILM

« Peau d’Âne  » sur le site des « Enfants de Cinéma , partenaire du dispositif « École et Cinéma » (résumé / notes d’intention / images)

« Peau d’Âne  » sur wikipédia

Le point de vue de Alain Philippon sur le film, cahier de notes d’enfants de cinéma

Extraits de la cérémonie de l’anneau

 

Un hommage à Jacques Demy sur le site de la cinémathèque française
De nombreuses informations sur le merveilleux  dans le film Peau d’Âne  Des extraits, des analyses,  des interviews, des zooms sur les décors et les costumes.

 


 

L’AFFICHE

peaudane-affiche

Disponible en grand format sur « Enfants de cinéma »

 


MOTS-CLES

Conte / Conte musical / Chansons / Merveilleux / Prince-Princesse / Costumes / Étrange / Film culte

 


LE RÉALISATEUR

Jacques DEMY (1931 / 1990) est un cinéaste  français.
Il est connu comme réalisateur mais au cours de  sa carrière, il a aussi été scénariste, dialoguiste, parolier, producteur et même acteur. Il a fait partie de la Nouvelle Vague.
La caractéristique principale de son oeuvre est la forte présence de chansons dans ses films et l’inscription de ses histoires dans des mondes où le merveilleux domine.

Le site de la cinémathèque française propose un retour sur  l’exposition de 2013 consacrée à Jacques Demy.  De nombreuses informations sur le cinéma de Demy y sont disponibles.

Avec les élèves :
Rechercher les fonctions relatives à chaque profession exercée par Jacques Demy au cours de sa carrière. Créer un dictionnaire des métiers du cinéma.


LA MUSIQUE

Comme dans tous les films de Jacques Demy, la musique tient une place importante dans le film.
Elle a été composée par Michel LEGRAND, (1932), compositeur pour le cinéma. Avec Jacques Demy, il invente la comédie musicale à la française, dont Peau d’Äne est représentatif.

Pour ce film, Jacques Demy commande à Michel Legrand une musique faisant naitre la féérie. Celui-ci la réalise en mêlant des styles très contrastés (jazz / baroque / pop) et en jouant des thèmes plutôt classiques sur des instruments modernes.

Le côté « comédie musicale » est donnée par les chansons. Lorsqu’ils chantent dans le film, les acteurs (Catherine Deneuve et Jacques Perrin) sont doublés.

Les  chansons:

  • Amour Amour, chanté par la princesse dans la cour du château.  C’est la seule chanson qui est interprétée en tant que chant; elle n’illustre pas une action utile dans le déroulement de  l’histoire.
  • Les Conseils de la Fée des lilas;  « On n’épouse jamais ses parents »
  • Les Insultes faites par les lavandières à Peau d’Äne
  • La chanson du Prince 
  • La recette du cake d’amour est la chanson phare du film. Elle se déroule lors d’une scène pleine de contrastes et vient enrichir l’ensemble de  ces situations contrastées chères à Demy.
  • Les rêves secrets d’un prince et d’une princesse est le seul duo du film. La chanson est composée avec des rythmes et des sonorités « hippies »
  • Le massage des doigts

PISTES PÉDAGOGIQUES

1. Un conte

Peau d’Âne serait le premier conte de fées français écrit. La version la plus célèbre serait celle de Charles Perrault, écrite en 1694 et rattachée aux Contes de ma Mère l’Oye (recueil de 8 contes) en 1697.
On retrouve dans cette histoire tous les ingrédients du conte : la structure, les personnages, les objets magiques, les animaux, les monstres, les espaces de l’histoire…

Dans son film, Jacques Demy reprend la structure et l’intrigue du conte traditionnel. Il reste fidèle aux étapes  mais joue avec des anachronismes et introduit quelques originalités. Jacques Demy conforte son souhait de se référer à l’origine littéraire du scénario, en démarrant  le film sur une scène présentant un livre qui s’ouvre et en  faisant ainsi entrer le spectateur dans le monde du conte avec la formule « magique « Il était une fois ».

Une lecture de l’histoire, avant ou après la projection, s’impose.
Avec des élèves de maternelle et de Cycle 2, on pourra prendre une version en album, résumée et adaptée aux compétences de compréhension des élèves.
Avec les élèves du Cycle 3, on pourra présenter la version modernisée mais entière du conte et lire éventuellement des extraits significatifs de la version originale de Perrault.
Deux versions sont présentés dans un document réalisé par Alain Megissier  de la Compagnie du Lointain.

Avec les élèves

La  lecture du conte faite avant le visionnement du film facilitera la compréhension du déroulement de l’histoire, particulièrement pour les élèves les plus jeunes.
Faite avant ou après le visionnement du film, elle permet de mettre en évidence les ressemblances et les divergences entre la version originale et la version de Jacques Demy.

On constatera que le récit original est respecté  dans son  déroulement et dans la chronologie des étapes qu’on pourra repérer et noter:

  • le désir du père,
  • l’épreuve des trois robes,
  • l’épisode de la peau de l’âne,
  • la fuite et la vie à la ferme,
  • la découverte de la belle par le Prince,
  • la fabrication du gâteau et  la maladie d’amour du prince,
  • la scène de la bague et l’histoire d’amour.

Relever les lieux mais aussi les objets qui relèvent de l’univers des contes.
On peut énumérer :

  • le château,
  • la forêt, lieu du refuge mais aussi symbole d’un monde magique. La fée-marraine y vit. Peau d’Âne s’y cache. La forêt, lieu des amours secrètes.
  • le miroir  qui permet généralement le passage vers un autre monde
  • l’anneau qu’on trouve dans de nombreux contes doté de pouvoir magique
  • la maladie d’amour

Relever ensuite des éléments contemporains, anachroniques dans les contes anciens mais qui participent de la magie du conte en influençant le dénouement.

  • le téléphone
  • l’hélicoptère
  • la téléportation

Faire porter la réflexion des élèves sur le pourquoi de la présence de ces objets. On pourra éventuellement proposer des solutions parmi lesquelles les élèves puiseront celles qui leur semblent les plus pertinentes. Voir le Document propositions paradoxes

2. Les personnages, les acteurs  

Ils sont à la fois tellement inscrits dans l’image des personnages de conte et tellement réalistes, ressemblants à notre entourage, avec des réactions de notre époque…. que ce paradoxe ne peut échapper.
Ce choix s’inscrit pleinement dans les choix artistiques de Jacques Demy et caractérise son cinéma : le merveilleux intervient dans les situations les plus réalistes.
L’intention est de aussi nous faire adhérer à l’histoire par l’identification possible aux personnages et à leurs réactions vraies, authentiques.  Une interview de Jacques Demy sur le site de la cinémathèque éclaire ces intentions.

Le film doit aussi sa notoriété aux acteurs qui y jouent.
Pour rappel:

  • La princesse / Peau d’Âne = Catherine Deneuve
  • Le prince = Jacques Perrin
  • La fée du Lilas = Delphine Seyrig
  • Le roi, père de la princesse  = Jean Marais
  • La reine, mère du prince = Micheline Presle

Des acteurs incontournables du cinéma français, qu’on ne peut pas ne pas citer.
D’autant plus que l’on retrouve Catherine Deneuve dans d’autres productions de Jacques Demy.

Avec les élèves
1. Trouver des marqueurs de contemporanéïté des personnages
Les opposer aux marqueurs  qui caractérisent d’habitude ces personnages.
La tâche est facile pour la fée.

2. S’inviter dans l’histoire et réinventer le rôle.
Les rôles des personnages-clés sont bien marqués et stéréotypés (prince / princesse / roi et reine conformes aux attitudes attendues dans les contes). Il nous semble difficile de les inventer autrement sans transformer tout le récit.
Par contre, certains rôles secondaires offrent une possibilité d’imaginer le rôle autrement.
« Si j’étais la fée…. »
Le contrat de  » révision » du rôle de la fée peut couvrir différents champs :

  • Trouver d’autres défis pour mettre le roi à l’épreuve et en difficulté
  • Trouver des pouvoirs ou des formules magiques permettant de résoudre les épreuves qui se présentent dans le film
  • Trouver d’autres solutions à proposer à Peau d’Âne pour échapper à son père

3. Identifier les acteurs principaux en présentant une collection d’images, de photos  de ces acteurs  (photos des acteurs à différents âges de leur vie / images ou photos  des acteur, en situation , dans des rôles et des des films différents).
Cette activité permet de :

  • mettre en évidence qu’ un film,  même s’il est réaliste et inspiré de faits réels est un montage
  • définir et  caractériser  le métier d’acteur
  • donner des références culturelles cinématographiques aux élèves

 

4.  Les décors et les costumes

Les décors et les costumes sont grandioses et participent pleinement du merveilleux voulu par Jacques Demy.
Jacques Demy supervise lui même la fabrication des costumes  qu’il a confiée à Agostino Pace.
Le site de la cinémathèque présente, Page 4,  des dessins réalisés pour la confection des costumes. Les inspirations pour les costumes relèvent de différentes époques. La princesse dispose de 10 robes de style  Louis XV , le prince apparait dans 4  costumes différents, de style  Henri II ?. Cette cohabitation de style ne dérange pas  Jacques Demy; il s’en sert pour  privilégier à nouveau le merveilleux dans  le réalisme. Les tenues contemporaines de la fée des Lilas s’apparentent  à  des  tenues de star  et contribuent à inscrire le film dans son époque.

Les robes de rêve demandées par la princesse à son père semblent impossibles à réaliser et pourtant, …
La robe couleur de temps  sur laquelle se reflètent  des nuages,  la robe couleur de lune dans des harmonies de gris et la robe couleur de soleil dans des harmonies dorées n’ont pas été conservées après le tournage du film.
Une vidéo, produite par la cinémathèque française présente  l‘atelier de recréation de ces robes.  (cliquez sur Toutes les vidéos, puis sur Recréer les robes…)
On y voit les couturiers (ères) au travail, on y voit les robes et surtout, les gros plans mettent en évidence les matériaux, les bijoux, les pierreries utilisées.

Avec les élèves :

Créer des robes merveilleuses.
Pour cela  :

  • faire l’inventaire de ce qui rend une robe merveilleuse / approcher la notion de matériaux précieux, de matières textiles /développer un vocabulaire en lien avec ces matériaux. (voir le lexique précieux )
  • faire une collection d’images de robes extraordinaires  : on pourra puiser dans différentes époques / on pourra s’appuyer sur des oeuvres d’art  / on pourra se référer à des magazines de mode /
  • faire une collection de matières et matériaux qui apportent aux robes leur aspect merveilleux (la vidéo  atelier de recréation de ces robes.  (cliquez sur Toutes les vidéos, puis sur Recréer les robes…) montre quelques-uns de ces matériaux )
  • réaliser un cahier des matières et matériaux précieux avec pour chaque page/
    un petit morceau de… soie / velours / dentelle / etc.
    le nom précis
    des qualificatifs caractérisant la matière (doux / soyeux / chatoyant / brillant /etc)
    un plusieurs dessins tentant de traduire  les qualités de la matière  (recherche plastique)
    Le cahier s’enrichira progressivement.
  • présenter des cahiers de tendance et des cahiers de dessin de mode (Site du Musée des arts décoratifs - Paris – )
  • réaliser une ou plusieurs robes merveilleuses
    elles peuvent être faites en collant matières et matériaux sur une silhouette de robe prédessinée
    elles peuvent être dessinées (le travail de recherche plastique sur les matériaux sera utile et nécessaire avant la réalisation du dessin de  la robe)elles peuvent être destinées à une seule personne = une silhouette pré-dessinée et un ensemble de robes pré-dessinées à réaliser, dans l’esprit des planches « Paperdolls« 

Les châteaux

Deux châteaux servent de décor au film et sont identifiables par leur architecture renaissance:  le château de Chambord et le château de Plessi-Bourré.
Chacun sert  une famille et se voit attribuer,  pour le film, par son réalisateur, une couleur qui va caractériser le lieu ainsi que les personnages et tous les éléments relevant de ce lieu, tout au long du film.

Avec les élèves :

Faire porter la réflexion des élèves sur le pourquoi de cette colorisation. On pourra éventuellement proposer des solutions parmi lesquelles les élèves puiseront celles qui leur semblent les plus pertinentes. Voir le Document de propositions sur les couleur

 


POUR LE PARCOURS EXTRA-ORDINAIRE

 


 

5.  Le merveilleux dans le cinéma de Jacques Demy  ___

Le Merveilleux, du latin mirabilia (« choses étonnantes, admirables »), répond à un besoin intime de transfigurer la réalité.

Le cinéma de Jacques Demy est entièrement habité des rêves de l’enfance et de sa volonté de les prolonger.
Il va utiliser la magie du cinéma, que, très jeune, il vit comme une fascination, pour donner à voir des mondes merveilleux ou pour rendre le monde réel plus fabuleux et plus désirable. Dans tous ses films, il met en scène l’idée que la chance est possible pour tous, il suffit d’y croire, tout comme il suffit de croire au pouvoir des fées et à l’amour pour que celui-ci arrive.
Peau d’Âne chante « Si un prince charmant ne vient pas m’enlever, je fais ici le serment que j’irai le cherche moi même »

Son œuvre cinématographique est construit  comme un seul monde dans lequel personnages et acteurs reviennent de film en film créant ainsi une sorte de « grande » histoire ininterrompue faite d’aller-retour avec les « petites » histoires.

L’ensemble des activités proposées autour du visionnage du film, devraient permettre de dégager ces essentiels.

6. Les paradoxes dans le film de Jacques Demy

_______    Le cake d’amour ________

Cette scène est représentative de l’univers cinématographique de Jacques Demy en ce qu’elle combine clins d’œil et paradoxes
Elle  mérite une attention particulière avec les élèves.   Le  repérage des clins d’œil et des paradoxes permettra de poser les fondamentaux du cinéma de Jacques Demy qui pourront ensuite être reconnus dans d’autres séquences du film.
La bague cachée fait référence à la fève de la galette des rois.
Celui qui trouve la fève se choisit une reine…. Une tradition qui se perpétue et qui enchante les enfants comme les adultes. Cette tradition permet,  à chacun, par le jeu du hasard, de devenir le  roi d’un jour et d’avoir  le pouvoir de prétendre à la réalisation de tous ses désirs pendant cette journée.
Le réalisateur noue des liens entre ses films et va utiliser la même référence à la galette des rois, dans une scène d’un de ses autres films, Les Parapluies de Cherbourg.
Il utilise aussi cette tradition  pour jouer avec  l’organisation sociale , mettre en évidence  les liens de dépendance entre le roi et les « petites gens » et appuyer sur le rêve de devenir princesse et la possibilité que cela soit, dans les contes..?… et dans la vie…?… On retrouvera la traduction de l’organisation d’une vie sociale hiérarchisée, dans d’autres  scènes qui pourront être repérées  avec les élèves de cycle 3.
La chanson qui marque une autre particularité  de l’œuvre de Demy,  « Les films « en chantés » », comme les appelaient Demy.
Elle apparait comme décalée dans la situation dans laquelle elle intervient. Mais elle assure une part de fantaisie et de fantastique à la scène.

Les élèves peuvent percevoir ce décalage,  le décrire. Tout comme ils peuvent repérer dans la scène d’autres décalages. Puis, à partir de cette situation -clé, ils pourront  inventorier d’autres paradoxes dans le film : anachronismes / manque de concordance / écart de situations / rencontres impossibles d’objets / etc, et se questionner sur les intentions de Jacques Demy (reprendre les propositions faites à propos des couleurs et à propos des objets décalés)

______  Lutter contre les stéréotypes  ?  _____

A partir de ces paradoxes, il serait intéressant de mettre l’accent sur  les stéréotypes qui « nous » habitent et qui guident  « nos » attentes et qui sont bousculées dans le film.
Peut-être  que par ces films,  Demy avait aussi la volonté   de changer ou faire évoluer  les représentations. L’époque était propice !

A noter dans le film, l’inattendu du contenu des propos tenus par les principaux conseillers à la question polémique du mariage d’un père avec sa fille :

  • la fée qui accompagne  Peau d’Âne lui dit clairement « On n’épouse pas ses parents ». Un conseil de sage pour une personne plutôt fantaisiste, dans une « profession » plutôt excentrique
  • le savant qui conseille le roi approuve son choix, l’encouragerait presque… Un discours plutôt surprenant dans la bouche d’un sage érudit.

 

DES LIENS AVEC D’AUTRES OEUVRES ARTISTIQUES
_______     Arts Visuels _________

Gustave Doré, peintre, illustrateur strasbourgeois (1832 / 1883),
Images disponibles sur le site de la BNF, exposition consacrée à Gustave Doré (images 18 /19 / 20 / 21)
Les illustrations de Gustave Doré inspirent l’esprit du film.

_____    Arts du langage  ______

Les contes de Perrault

Différentes versions disponibles
Perrault / Doré, Editeur BNF, Distribution Seuil/Volumen, Octobre 2014
Gustave Doré, les contes de Perrault, Editions  J.Hetzel,

_____    Cinéma   ___________________

Le cinéma de Jacques Demy

Et particulièrement les films dont certaines séquences croisent celles de Peau d’Äne
(voir ci-dessus)

La Belle et la Bête, 1946,  film de Jean Cocteau (1889 / 1963)
Film fantastique, inspiré du conte de fée. Il est source d’inspiration pour Demy et des parallèles entre les trucages, entre certaines scènes sont indéniables.

_______   Arts du quotidien ________________

 La mode et le textile à différentes époques

voir le site du Musée des arts décoratifs – Paris –

__________Architecture _______________      

Les châteaux de la Renaissance


___Fabienne Py _ Coordinatrice  École et Cinéma pour le bas-Rhin ____ DSDEN 67____