TOUT EN HAUT DU MONDE

Dessin animé
Réalisation : Rémi Chayé,
En couleurs – Durée 80 minutes
France – Danemark, 2015.

5ème  prix Jean Renoir des lycéens 2016
Prix du public Festival d’Annecy 2015

Film en version française

____
Le projet  produit par Sacrebleu Productions a bénéficié des soutiens de la région Alsace et de Strasbourg-Eurométropole
La bande-son a été réalisée par Innervision, studio de post-production installé à Strasbourg depuis 10 ans.



Sommaire 

1ère partie: Pour l’enseignant 2ème partie: Avec les élèves
  • Informations sur le film
  • Connaissances culturelles utiles
  • Indispensable à considérer avec les élèves
  • Points d’appui pour des débats
  • Liens avec d’autres domaines d’enseignement
  • Des dossiers pédagogiques à consulter
  • Avant la séance au cinéma
  • La séance au cinéma
  • Après la séance au cinéma
  • Ouverture culturelle


POUR L’ENSEIGNANT

  INFORMATIONS SUR LE FILM

  • Tout en haut du monde sur le site Nanouk, site pédagogique national  du dispositif « École et Cinéma »
  • Le point de vue sur le film, rédigé par Hélène Deschamps, projectionniste et passeuse en cinéma
  • La bande annonce sur PointEst
  • Des informations sur le film sur le site Wikipédia
  • L’ affiche. Disponible sur le site  Nanouk, site pédagogique national du dispositif « École et Cinéma »
  • Le synopsis du film sur le dossier du Centre National du Cinéma (CNC) (Page 1)

  CONNAISSANCES CULTURELLES UTILES 

Tout en haut du monde est le premier long métrage d’animation de Rémi Chayé.
Avec ce film, il souhaite créer un grand récit, une aventure à la Jack London ou à la Jules Verne, pour le cinéma.
Ses activités antérieures (il est,entre-autres, story-boarder et travaille dans l’équipe de François Laguionie pour la réalisation de L’Île de Black Mór ,2004),  sa lecture du journal de bord de l’explorateur Ernest Shackleton (1874-1922) et sa rencontre avec la scénariste Claire Paoletti qui lui expose un projet de long métrage sur le thème d’une jeune fille russe,  partant sur les traces de son grand-père, explorateur du pôle Nord,  engagent  Rémi Chayé à lancer son projet de film.
Il faudra 10 ans de travail préalable, de péripéties, de recherches de financements et de rencontres avec des collaborateurs et de travail pour aboutir au produit fini
.

Les recherches graphiques  de Rémi Chayé, ont évolué dans ce long temps: « Il fallait simplifier. J’ai commencé à enlever le trait de contour de mes dessins pour ne garder que les aplats de couleur. »
Cette simplification devient simplicité du dessin et est la marque du film.

Les personnages, traités en 2D, sont dessinés le plus sobrement possible; les détails sont volontairement délaissés au niveau des  vêtements (ni boutons, ni épingles, ni lacets).
Ce choix esthétique s’applique aussi aux visages, dont les traits sont limités au strict minimum; des yeux très présents et des lèvres qui souvent sont réduites à un unique trait. Ce qui compte, pour le réalisateur est de manifester par le dessin  les émotions de ses personnages et, par-dessus tout, par le regard de Sacha.

A l’inverse, on peut s’étonner de  la précision des dessins des objets. Dans ce choix, Rémi Chayé  appuie leur influence dans la narration, notamment pour les boucles d’oreilles et pour la  la boussole.
D’autres choix picturaux accompagnent ce pari du dessin épuré: celui de vastes aplats de couleur, sans contour, dont les teintes évoluent selon les lieux et les ambiances traversées et selon les émotions des personnages.

La musique a été écrite par Jonathan Morali du groupe Syd Matters. Une chanson du groupe accompagne plusieurs scènes dans le film (voir ci-dessous § Ouvertures culturelles). Rémi Chayé souhaite une musique épurée, avec peu d’instruments (une grosse caisse, un petit clavier, une guitare) pour correspondre à ses dessins très simples. « L’idée depuis le départ, c’était le contrepied musical. Ne pas être dans la musique d’aventures comme on entend beaucoup d’habitude, et ne pas être dans la caricature de la Russie. On voulait une musique pop d’aujourd’hui, pour un film en costumes. » Rémi Chayé

La conquête du Pôle Nord
 Revendiquée par plusieurs explorateurs, la conquête du Pôle Nord reste une aventure remarquable et un exemple de résilience humaine. La  quête vers le pôle Nord s’est étalée sur plusieurs siècle, premières traces vers l’an 330 av. J.-C. jusqu’à la première traversée controversée des  eaux arctiques d’est en ouest par le navigateur norvégien Roald Amundsen, en 1906.
En avril 1909, les Américains Robert Edwin Peary et Frederick Cook annoncent à quelques jours d’intervalle qu’ils ont atteint le Pôle Nord.
En savoir plus 

L’expédition Endurance  de Ernest Shackleton (1874-1922), source d’inspiration de Rémi Chayé, est la quatrième expédition britannique en Antarctique (1914-1917), conduite par Ernest Shackleton. Elle ambitionne de réaliser la première traversée à pied de l’Antarctique, en passant par le Pôle Sud, soit 3.300 km de la mer de Wedell à la mer de Ross.
Quelques semaines seulement après avoir quitté la Géorgie du Sud, l’Endurance, nom de l’un des bateaux de l’expédition, est pris par les glaces. Il restera immobilisé durant des mois. 
L’équipage doit quitter le bateau lorsque la coque, broyée par la banquise, se disloque. et les vingt-huit hommes de l’expédition Endurance vivent et survivent « accrochés » sur d’immenses blocs de glace, dans un froid polaire. Lorsque la banquise sur laquelle ils dérivent commence à se fissurer, les explorateurs rejoignent en canots l’île Elephant, un rocher désert et glacial. Une partie de l’équipage  se construit un abri de fortune sur l’île tandis que  Shackleton embarque avec cinq hommes à bord d’une chaloupe pour rejoindre l’île Géorgie et Sandwich du Sud afin de chercher de l’aide auprès des baleiniers. Ils y accostent deux semaines plus tard mais les stations baleinières se trouvent sur l’autre versant de l’île. Shackleton et ses hommes affaiblis et affamés,  se lancent alors dans la traversée de cette île. Après 36 heures de marche en cordée, ils atteignent leurs sauveurs.
A la fin août 1916, un remorqueur chilien secourt les membres de l’expédition restés sur l’île Éléphant. Tous ont survécu.

INDISPENSABLE A CONSIDÉRER AVEC LES ÉLÈVES 

La structure narrative propre au récit de formation largement honorée dans le traitement filmique de l’histoire. Et, en parallèle, comment  le choix des images contribue à révéler les changements des personnages.

Les valeurs humaines qui animent les différents personnages et qui facilitent ou entravent la quête.

L’émancipation d’une jeune fille dans une société à domination masculine et socialement très hiérarchisée. Un symbole de lutte pour l’égalité homme/femme mais aussi un parcours initiatique qui l’amènera à traverser des frontières géographiques, des frontières sociales et des frontières intérieures.

Conjointement à l’étude des personnages et de leur caractère,  une attention est à porter à l’agencement des personnages dans le récit et aux modifications de cet agencement selon l’évolution du récit. Comme dans un film de prises de vues réelles, il y a des personnages vedettes (Sacha, Oloukine, Katch, Lund, Larson), des seconds rôles (les parents , Tomski, Loujine, Olga) et des figurants.

La dramaturgie des décors et des couleurs ou comment le réalisateur se sert des dessins  et des couleurs pour traduire la charge émotionnelle du récit et, au passage,  pour mobiliser nos émotions.  Des dessins qui, pour certaines scènes, ont été  épurés au maximum.  Des couleurs dont les teintes évoluent en fonction des émotions des personnages ou des lieux traversés.
« C’est ça l’avantage de l’animation. On peut donner des émotions au paysage. On peut faire un ciel vert ou rose. On peut pas dire que c’est réaliste, parce que c’est simplifié mais ça donne une certaine idée de la réalité. On a essayé d’aller à l’extrême de tout ce qu’on pouvait dans le côté sombre, quand c’est la nuit polaire et quand ils sont au dernier degré de la catastrophe, quand elle lutte contre les éléments. Et au contraire, à certains moments, on fait exploser la couleur. L’animation permet cette liberté-là« . R. Chaye

Les objets: objets utilitaires, objets fétiches,  objets souvenirs.
Certains objets maritimes (compas / boussole / octant / sextant / globe terrestre / longue vue /etc. ) sont inconnus des élèves et méritent d’être défini dans leur fonction , par leur nom technique, par leur utilisateur et leur usage. Ces objets sont dépassés aujourd’hui; ils portent une valeur patrimoniale et muséale et ont été remplacés par de nouvelles technologies.
Les boucles d’oreille cadeau du grand-père; objet d’enjeux importants tant sur le plan affectif que comme éléments de ressource et de fortune. Elles fonctionnent aussi comme symbole de féminité.
La feuille de route retrouvée grâce à un coup de vent  déclenche définitivement la volonté de Sacha de se lancer dans l’aventure. Elle porte une valeur initiatique.
Le carnet de bord du grand-père porte une double valeur de mémoire.
La mémoire de l’exploration; le livre de bord est indispensable dans chaque navire, le capitaine y consigne chronologiquement  différents événements, manœuvres, caps, observations et paramètres concernant la navigation, la conduite des machines, la réception et l’émission de messages radios.
La mémoire au-delà de la mort pour la transmission:   l
e livre de bord sera utile à Sacha pour réhabiliter son grand père mais, surtout, il lui sera utile pour garder sa relation affective forte  avec lui, tout en  faisant son deuil.  

Le générique 

La contribution de la région Alsace et de Strasbourg-Eurométropole au financement du film et la production de la bande-son par Innvervision, studio de post-production installé à Strasbourg. Cette information permet de présenter des métiers du cinéma et de considérer les contraintes de recherche de financements et d’aides possibles (sponsors ≠ mécénats / financeurs institutionnels / etc.)

POINTS D’APPUI POUR DES DÉBATS 

Courage, persévérance ou déraison ? Le comportement de Sacha est-il à défendre ou faut-il s’en offusquer ?
Une joute oratoire peut s’organiser entre deux  « équipes », l’une composée d’élèves défendant le courage et la persévérance de Sacha, l’autre composée d’élèves estimant Sacha désobéissante, déraisonnable et inconsciente.
En lien avec la maîtrise de la langue l’enseignant accompagnera les deux équipes, en amont de la discussion, pour préparer les arguments et le discours des élèves (discours oral et notes écrites / argumentation élaborée / vocabulaire riche et adapté / aisance de parole)

Des femmes dans l’ombre mais des femmes puissantes
A l’instar de nombreuses créations contemporaines (Le Tableau de Jean-François Laguionie / Le Voyage de Chihiro de Hayao Miyazaki, Mulan de Tony Bancroft), un des enjeux du film est de poser la question de la place de la femme dans la société,  à travers une jeune héroïne qui revendique un droit d’égalité vis-à-vis des hommes.
La discussion doit ouvrir aux différentes femmes du film (fille, mère, amie d’enfance, Olga la femme de l’auberge). Leur positionnement personnel dans la société doit être examiné et doit être mis en balance avec la position du père, des hommes politiques et des marins.

L’attitude et le comportement du prince Tomsky

La mort en face:  une fin triste ou heureuse ?
La discussion peut être envisagée sous deux angles différents:
– La mort du grand-père est-elle une mort « normale » , a-t-il souffert ou a-t-il été surpris par la mort ? était-il désespéré ou serein de mourir dans l’esprit de sa passion ?
– La découverte par Sacha de son grand-père mort, un moment troublant pour une si jeune fille ? valait-il mieux  le retrouver, même mort ou plutôt ne jamais  le retrouver ?
Cette manière de finir l’aventure est-elle une fin heureuse ou une fin triste ? pour Sacha ? pour les élèves ?   

  RELATIONS AVEC D’AUTRES DOMAINES D’ENSEIGNEMENT 

Dire Lire Ecrire sont présents de manière intrinsèque dans une séquence d’éducation artistique et culturelle.
Les moyens de pratiquer le Dire Lire Ecrire  à partir de la rencontre avec un film sont développés sur la page « Les incontournables d’une séquence autour d’un film au cycle 3« .
Les moyens de se saisir du Dire Lire Ecrire pour ce film sont développés ci-dessous.

Des liens étroits avec le programme d’histoire 

Pratiques plastiquesLes pistes d’expérimentation sont déclinées ci-dessous dans le § Pour les élèves – Après la séance de cinéma –

  • Autour du blanc
  • Force et effet des couleurs

  DES DOSSIERS PÉDAGOGIQUES A CONSULTER   



AVEC LES ÉLÈVES

Cette rubrique permet aux enseignants de se saisir de contenus et de démarches pour accompagner la réflexion, l’enrichissement, les connaissances des élèves dans la considération du film.
La page intitulée « Les incontournables d’une séquence autour d’un film au cycle 3« 
donne des contenus indicatifs sur les leviers génériques d’une éducation artistique, culturelle et sensible autour du cinéma.  A consulter, à exploiter ! 
Les rubriques ci-dessous donnent les recommandations pour le film Tout en haut du monde.
Les deux pages d’approche pédagogique se complètent.

   AVANT LA SÉANCE AU CINÉMA 

Des affiches différentes sont produites pour le film.

        
(Cliquez sur les images pour accéder au site d’origine des images)

Dans le moment de préparation à la rencontre avec le film, il sera pertinent de présenter les différentes affiches.

  • observer les différentes affiches
  • prélever les similitudes et émettre des hypothèses à leur propos
  • prélever les différences et émettre des hypothèses à leur propos
  • en s’appuyant sur ces hypothèses et sur  les autres données mises à disposition (titre / résumé / critiques / photogrammes / bande annonce), profiler un contenu de film
  • individuellement ou en duo, retenir 3 mots clés exprimant une projection personnelle du contenu du film – une liste de mots-clés peut être mise à disposition des élèves –

____

LA SÉANCE AU CINÉMA et LE FILM 

Les élèves y apprécient
  •  Une histoire facile à comprendre 
  • Une histoire fascinante et une aventure humaine 
  • La victoire liée à la persévérance
  • La faculté de certains personnages de changer et  de faire évoluer leur point de vue
  • Des images colorées avec une gamme et des nuances de couleur en harmonie étroite avec les lieux de l’action
Les élèves y découvrent
  • Une époque et ses contraintes 
  • Des statuts sociaux marqués 
  • Une héroïne déterminée, courageuse
  • Des personnalités rudes mais tendres
  • Le défi et les exploits humains des grandes explorations 
  • Un univers hostile mais fascinant
  • Des images remarquables par leurs couleurs, leur graphisme et  et leurs points de vue
Les élèves y éprouvent (et y apprennent)

 

  • Des moments de suspens, voire de crainte avec la possibilité d’une mise à distance de leurs émotions
  • Les sensations et les émotions de l’identification 
  • Les sensations et le plaisir de la victoire
  • L’empathie 
  • Les effets des couleurs et de la lumière sur les images
  • Combien le traitement d’une image peut servir à révéler des ambiances et des sentiments 
  • Comment  les images contribuent à nos émotions 
  • Comment la musique stimule  nos émotions
  • La notion de point de vue (de face, en plongée)  et  ses effets
  • La gamme des plans (plan général / plan rapproché / gros plan) et  leurs effets

____

APRES LA SÉANCE AU CINÉMA  

Confronter l’idée qu’on s’était faite du film et le film 
  • revenir sur la projection personnelle et sur les mots-clés choisis avant la séance
  • estimer les écarts
  • exprimer satisfaction ou déception
  • trouver 3 mots-clés pour caractériser le contenu du film (individuellement / collectivement)
Etre fascinés par les personnages du film
Échanger son avis sur les personnages est un incontournable pour les élèves et permet de
  • citer son personnage préféré
  • recenser les personnages selon leur rôle dans l’histoire et leur place dans le film (vedette / second rôle / figurant)
  • se saisir des qualificatifs les plus pertinents pour parler des personnages (document avec liste de qualificatifs)
  • tracer les changement d’attitude, de caractère de Sacha au regard des étapes qu’elle traverse et la manière dont ils sont marqués dans les images (changements physiques et vestimentaires /gamme de couleurs)
  • présenter les évolutions du tempérament de certains personnages. Les mettre en lien avec les étapes de l’aventure, avec les conditions de vie, avec les dangers, avec les chances de survie, etc.
  • présenter les évolutions d’attitude de certains personnages envers Sacha. Essayer de  comprendre, d’expliquer les retournements. Moduler les qualificatifs associés aux personnages
  • imaginer les retrouvailles entre Sacha et ses parents.
    Figurer et discuter la réaction des parents au moment où ils retrouvent Sacha. Un document avec des propositions inductrices peut être mis à disposition des élèves.
    Ecrire la première phrase que Sacha pourrait dire à ses parents en les retrouvant.
Découvrir, s’émerveiller des grandes explorations et des exploits humains.
Cette séance permet de présenter le désir humain de découvrir toujours plus loin, de nouveaux territoires, de nouvelles technologies, de nouvelles connaissances scientifiques, anatomiques, humaines. Elle enrichit les connaissances historiques des élèves, elle satisfait leur imaginaire et les inscrit dans les défis de notre époque.
  • recenser les grandes explorations et les grands explorateurs connus , en lien avec l’enseignement de l’histoire
  • les situer sur une frise chronologique et sur un planisphère
  • engager quelques lectures rapportant des exploits
  • définir le concept d’exploration et d’explorateur
  • élargir le concept à d’autres époques : l’exploration spatiale (en lien avec l’actualité -50 ans du premier pas sur la lune-), la conquête des sommets,
  • et, selon les réactions des élèves élargir le concept à d’autres domaines (explorations scientifiques par ex.)
  • rechercher des informations sur les explorateurs d’aujourd’hui. Faire des constats sur le contenu et les enjeux de leurs conquêtes ou leurs défis (voir des exemples ci-dessous). Lire des extraits de leurs livres
  • réaliser des exposés sur des explorateurs d’hier ou sur des aventuriers d’aujourd’hui
  • s’imaginer en explorateur et se définir une mission, une expédition. Sous une forme ou sous une autre (listes de pays traversés, de matériel utile, de moyens de locomotion, etc. /cahier de charge/cahier d’intentions/lettre à un ami/lettre d’adieu aux parents / etc.) en écrire les grandes lignes.

Quelques lien utiles:

Interroger les objets insolites et les objets remarquables du film

  • recenser tous les objets forts du film
  • les catégoriser et examiner leur importance dans l’aventure
  • dégager des charges pour les différents objets (charge affective / charge symbolique / charge financière / charge salvatrice / charge de pilotage)
  • envisager la fonction, le nom, l’usage des objets maritimes. Faire des recherches pour confronter les avis premiers.
  • considérer ces objets aujourd’hui, leur place, leur fonction, les outils qui les ont remplacés

Apprécier la force des images et de la musique

  • repérer différents statuts d’images selon des critères donnés ou définis par les élèves.
    On attend les notions de plan et les notions de point de vue (voir  dossier de la coordination Ecole et Cinéma 78)
    On attend un discernement entre les images du présent et les images évoquant le passé; celles qui restituent les événements qui ont précédé l’action. A noter que ces flash-back sont accompagnés par un thème musical (violon) qui exalte la relation de Sacha à son grand-père.
    On attend la différence de statut des images; les unes sont très documentées, pouvant apporter  des connaissances historiques et géographiques (ville de Saint-Pétersbourg et architecture extérieure et intérieure / société russe de l’époque /  outils de navigation / etc.); elles servent le récit d’aventure, d’autres sont plus contemplatives, plus poétiques ou émotionnelles; elles servent le conte, le récit fictionnel.
  • à l’aide de photogrammes ou d’extraits de film, repérer les choix de couleur pour les différentes images. On parlera de gammes de couleur, de couleurs chaudes et de couleurs froides. Constater le choix des couleurs, en fonction de la narration et apprécier l’effet  émotionnel  sollicité et produit.
  • en se basant sur des images de personnages
  • à l’aide de photogrammes ou des souvenirs du film, observer l’évolution  des nuances de blancs dans les images de la banquise. Décrire ces différences nuances de blancs en associant au mot blanc des noms d’autres couleurs ou des noms d’objets.
  • revenir sur  la scène de rencontre et d’adieu de Sacha à son grand-père. Se souvenir et évoquer l’unicité de tons et la force qu’elle donne à cette image blanche et silencieuse. Expliquer les effets produits par l’unicité de tons et le choix de Rémi Chayé.

S’exprimer à travers des pratiques plastiques  
Les séquences proposées sont fondées sur les enjeux artistiques picturaux du film

  • Autour du blanc ou réaliser une composition en  nuances de blanc
    La composition peut être figurative (jardin/arbres/paysage/ville/etc.) ou non (composition de lignes/composition de formes/quadrillage/mosaïque /etc.).
    – Elle peut se réaliser par collage avec des papiers blancs aux textures diverses (papier de soie/papier kraft blanc/ papier sulfurisé/ papier glacé/ papier filtre/ essuie-tout/papier calque/ etc.)  associés à des papiers aux nuances de blancs prélevés dans des magazines.

    – Elle peut se réaliser en expérimentant le lavis d’encre (eau + quelques gouttes d’ encre de chine ou d’encre de couleur dans des dilutions diverses)
    – Elle peut se réaliser  avec une palette de blancs obtenus par mélanges subtils et dosés de gouache blanche avec des gouaches bleue, verte,  noire  (un temps de recherche pour obtenir la palette est à programmer)
    – Elle peut se réaliser en expérimentant des effets graphiques (trames / rayures /
  • Prolongements en créations langagières
    ;– Associer des noms aux nuances de blanc et élargir le répertoire en inventant des noms poétiques
    – Mettre à profit certains de ces termes pour donner un titre à sa composition plastique
    – Créer un poème ou un texte avec des expressions autour du blanc. Pour info: dans la langue Inuit, il existe plus de 50 termes pour désigner la .neige. Elle module couleurs, texture, sons, etc.  A découvrir
  • Traduire une ambiance grâce à la couleur
    Les ambiances du film sont renforcées soit par des couleurs chaudes, soit par des couleurs froides.  Rémi Chayé limite volontairement la palette de couleur et appuie l’effet d’ambiance  en traitant le personnage dans les mêmes tonalités que le décor.
    La recherche plastique des élèves portera essentiellement sur le choix de leurs 2 palettes de couleur.
    Une contrainte limitant la palette à 2 voire 3 crayons de couleurs renforce la recherche de nuances et garantit l’effet d’ambiance.
    Matériel utile:
    – Une même image, un même dessin comportant un décor et un personnage  réalisé en double exemplaire par chaque élève  (faire une photocopie ou proposer de décalquer)
    – Un assortiment de crayons de couleur

____

   OUVERTURE CULTURELLE  

Cinéma

____

Littérature

____

Musique et son

____
Arts plastiques en lien avec les pratiques proposées

____
Des connaissances sur le Pôle Nord à travers une encyclopédie du Pôle Nord (la banquise / l’atmosphère / le climat / l’océan et la vie marine / la vie terrestre / histoire et géographie / l’impact de l’homme)


 

 Fabienne PY  —  Conseillère pédagogique en arts visuels  —
Coordinatrice MetC67 / EetC67
_______    DSDEN du Bas-Rhin   _______

Publié le 03/09/2019