LE MÉCANO DE LA « GENERAL »

Film muet en noir et blanc de Buster Keaton

Année de création: 1926 (Etats-Unis)      le_mecano_01

Titre original : The general

Durée:  75 minutes

Musique d’accompagnement : Hubert Rostaing.

Film adapté du récit de : William Pittenger, The Great Locomotive Chase (1863)

Avec Buster Keaton dans le rôle de Johnnie, le mécano



 

LE FILM

Le mécano de la générale sur le site Nanouk, site pédagogique d’Enfants de cinéma partenaire du dispositif « École et Cinéma »

Le point de vue sur le film, rédigé par Hervé Joubert-Laurencin, professeur d’études cinématographiques à la faculté des Arts de l’université d’Amiens.

Voir le film

Voir la bande annonce avec la chanson en français.
L’écoute de la chanson est profitable aux élèves; elle permet d’entrer dans  la trame narrative du film.



 

L’AFFICHE

mecano.general

Deux affiches sont disponibles en grand format sur le site Nanouk, site pédagogique d’Enfants de Cinéma



MOTS-CLÉS

Film muet, Noir et blanc, cinéma burlesque, train, locomotive, amour, guerre (de Sécession), aventure, espionnage, héros



 

DES PISTES PÉDAGOGIQUES AUTOUR DU FILM

Le film est une adaptation du roman  The Great Locomotive Chase de William Pittenger, (1863). L’histoire du film croise l’histoire personnelle de William Pittenger.
Celle-ci se déroule au début de la guerre de Sécession.

Le contexte et l’histoire ont besoin d’être présentés aux élèves avant la projection

__  Avant la  projection  __  Le film, l’histoire et son contexte __
_____    Le titre   _____
Le titre original  The general
Le titre français  Le mécano de la general
Il mérite une attention particulière avant la projection.
Quelques points d’appui :
  • Le mot general est à  révéler oralement, puis écrit (dans les titres) aux élèves (déjà lecteurs) afin de mettre en valeur sa particularité orthographique :   la general (article féminin, mot au masculin / absence des accents aigus)
  • Qu’est-ce-que la general ? Recherche des définitions et usages du mot dans le corpus des mots connus des élèves. Hypothèses quant à l’objet ou au personnage possibles des titres. Grâce à cette recherche, les élèves seront rendus attentifs à l’univers militaire et comprendront plus facilement le jeu du titre original (jeu de mot ou mise en confusion….)
  • A l’aide de  quelques images (arrêts sur image du film, voir site Nanouk ou en permettant aux élèves d’accéder au site portefolio du site Nanouk ) acter que la general est une locomotive
  • Opposer le titre original au titre en français. Le titre français met en valeur le héros « le mécano ». Le tire anglais met en valeur la locomotive, en jouant sur l’ambiguïté ; il appartient au champ militaire et rien ne précise qu’il s’agit du nom de la locomotive.
    A noter:  l’emploi du mot mécano,  nous rend de suite le héros familier.
 _____    L’histoire   _____
  • L’enseignant peut s’appuyer sur les résumés ci-dessous et les lire aux élèves avant de les commenter avec eux
    Le résumé sur le site Nanouk, site pédagogique d’Enfants de Cinéma
    Un  résumé plus complet pour les élèves du cycle 3
  • La bande annonce du film (voir la bande annonce) est aussi une mise en condition favorable. D’autant plus que la chanson permet d’entrer dans  la trame narrative du film.
  • L’enseignant peut s’appuyer sur des arrêts sur image associés à des commentaires  pour présenter l’histoire aux élèves
    Le déroulant sur Nanouk, site pédagogique d’Enfants de Cinéma
    Un résumé en images
    (attention le commentaire des images est en anglais)

_____    Le contexte   _____

 Le film s’appuie sur un épisode authentique de la guerre de Sécession (Etats-Unis / 1861-1865) opposant les États-Unis d’Amérique, dirigés par Abraham Lincoln, et les États confédérés,  essentiellement, des états du Sud. C’est une guerre civile, très meurtrière qui oppose le nord des États-Unis, plutôt industriel, au sud, plutôt agraire. Deux enjeux fondamentaux : des questions économiques et commerciales et la question de l’abolition de l’esclavage.
Sans entrer dans des détails historiques, l’enseignant sensibilisera les élèves au fait que

  • le film se déroule pendant une guerre
  • les hommes vont s’enrôler (mot à expliquer ou possibilité de chercher sa définition (Cycle3))  pour défendre leur pays et leurs idées
  • la guerre ne consiste  pas uniquement en des affrontements physiques et des tirs; la guerre c’est aussi des situations de stratégies et d’espionnages. L’enseignant peut donner  des exemples  et permettre aux élèves de citer leur propre exemples (s’appuyer sur des réalités ou des histoires vues, lues)
  • la guerre fait des morts et des héros
  • avec les élèves du cycle 3, on pourra préciser ce qu’est une guerre civile (voir le site Nanouk, site pédagogique d’enfants de cinéma). Voir un documentaire  sur les débuts de  la guerre de Sécession sur France TV éducation et un autre documentaire sur les états engagés dans la guerre

Buster Keaton construit un film plutôt comique dans lequel le héros (lui même) s’adapte aux  situations guerrières qui se présentent tout en poursuivant son objectif amoureux.
En opposant aux improvisations, au dénouement heureux, de ce héros maladroit, des personnages agissant  avec raison, stratégie et rigueur militaire, Keaton fait une satire de la guerre.

_____    Les particularités du film  _____

Le film est en noir et blanc.
Il est muet, plus précisément sans paroles mais accompagné de musiques.
Ce sont deux données que les élèves n’ont pas l’habitude de rencontrer lorsqu’ils  voient des films au cinéma ou par d’autres moyens.

Un moment consacré au genre du film muet et à des explications sur le noir et blanc sera profitable aux élèves; ils entreront avec plus d’aisance dans le film , ils enrichiront leurs connaissances sur le cinéma.
Ce moment sera plus ou moins intense et riche en informations selon le niveau et le parcours des élèves.

Quelques points d’appui :

En photographie comme au cinéma, le noir et blanc  était utilisé avant la découverte des procédés techniques permettant l’enregistrement des couleurs et s’imposait de fait  aux artistes.
Aujourd’hui, photographes et cinéastes  ont la possibilité du choix entre  la couleur et  le noir et blanc. Et ce choix procède et du sujet traité et de la manière dont les réalisateurs ou les photographes veulent le raconter.  En optant pour le noir et blanc, ils concentrent davantage leur attention sur les formes, la composition des images, le jeu de la lumière et celui des ombres et ramènent donc aussi le regard des spectateurs vers ces mêmes enjeux plastiques.

Le cinéma muet se caractérise par l’absence de dialogues enregistrés sur un support mécanique (disque ou pellicule) et par l’absence sur le même support de musique et de bruits ou d’ambiances sonores. Pour autant, le cinéma, même à ses débuts n’est pas sans accompagnement sonore.  Dès son origine, on allie du son à l’image et le son,   musiques  et bruitages,  est produit en direct dans la salle de projection.  Parfois, des bonimenteurs commentent les  scènes aux spectateurs.
Dans le cinéma muet, les attitudes comportementales, les gestes et l’expression des visages des acteurs sont amplifiés.

Un programme de films sur les pionniers du cinéma était programmé au deuxième trimestre de l’année scolaire 2016/2017, dans le cadre des Parcours Découverte et « Souviens-toi ». Des élèves y ont participé. Leurs souvenirs et les connaissances associées pourront être sollicités.
Voir les films et les pistes du Parcours Découverte 2016/2017
Voir les pistes du Parcours « Souviens-toi »2016/2017

Accéder à un article adressé aux enfants sur le cinéma muet (site wikidia, encyclopédie junior)

Avec les élèves les plus jeunes  (Cycle 1 et cycle 2)  et particulièrement Parcours Découverte:

  • Afficher des images en noir et blanc (mêlées aux autres images en couleur) pour habituer les élèves à les rencontrer.
  • Présenter des  images en couleur et les mêmes photocopiées en noir et blanc (de préférence copies au laser pour profiter d’une belle qualité). Comparer.
  • Faire des constats sur les différences : perte de la couleur / présence de nuances de noirs, de blancs , de gris
  • Faire des constats sur ce qui attire l’œil dans les images en couleur, ce qui attire davantage l’œil dans les images en noir et blanc
  • Dans le cadre des enseignements artistiques (arts plastiques), explorer des valeurs de gris, en utilisant des crayons de papier ou des mines graphites de différentes duretés (HB/2B/3B/…/9B) et en jouant avec la pression de la main sur l’outil (plus la pression est forte, plus le tracé est foncé / plus la pression est douce, plus le tracé est clair). Réaliser un nuancier de gris
  • Dans le cadre des enseignements artistiques (arts plastiques), réaliser une production graphique en nuances de gris

Avec les élèves plus expérimentés  (Cycle 2 et cycle 3)

  • Présenter des  images en couleur et les mêmes photocopiées en noir et blanc (de préférence copies au laser pour profiter d’une belle qualité).
  • Engager les élèves à exploiter un logiciel d’images pour transformer des images en couleur en images en noir et blanc. Jouer sur la quantité de gris et sur la saturation pour obtenir des nuances différentes. Enregistrer les  résultats les plus remarquables.  Comparer les images et les effets obtenus
  • Faire des constats sur les différences :  présence de nuances de noirs, de blancs , de gris / mise en valeur des contrastes liées à la lumière et l’ombre / mise en valeur des formes.
  • Dans le cadre des enseignements artistiques (arts plastiques), réaliser un nuancier de gris en utilisant des crayons de papier ou des mines graphites de différentes duretés (HB/2B/3B/…/9B) et en jouant avec la pression de la main sur l’outil.
  • Dans le cadre des enseignements artistiques (arts plastiques), réaliser une production  figurative (portrait / paysage / nature morte )  en exploitant des nuances de gris pour traduire le jeu de la lumière (parties plus ou moins éclairées du visage, du paysage, des objets)

Avec tous les élèves et particulièrement  Parcours « Chut ! »

  • Apporter les informations utiles sur le cinéma muet (voir ci-dessus) afin de définir le genre « Muet » et d’enrichir les connaissances  culturelles des élèves
  • Seul, expérimenter des mimes sur des situations données (les élève disposent de contrat de mime). Accéder à un document donnant des situations.
  • Mettre à disposition des accessoires facilitant le jeu de l' »acteur ».
  • Permettre aux élèves qui le souhaitent de jouer leur situation.
    L’élève acteur peut annoncer la situation avant de la jouer ou, laisser les autres la trouver.  Pour éviter un jeu et une surenchère de devinettes, l’enseignant peut en mettre à disposition des autres élèves toutes les étiquettes de proposition du document (ci-dessus).
  • Faire ressentir et rechercher l’utilité d’une exagération des mouvements, des postures, des expressions. Faire jouer la même scène à différentes élèves et mettre en valeur les attitudes et gestes les plus éloquents.
  • Au cycle 3, à plusieurs, jouer de toutes petites saynètes muettes (inventées par les élèves ou reprises de films ou d’albums). Mettre à disposition des accessoires facilitant le jeu des « acteurs ».  Faire ressentir et rechercher l’utilité d’une exagération des mouvements, des postures, des expressions
 ___  Après la projection  ___   mon commentaire  __  ton commentaire__  son commentaire __  notre commentaire  __
 Plutôt que de reconstituer l’histoire, un peu complexe à raconter pour des élèves d’école primaire, on privilégiera de mettre les élèves en situation d’évoquer le moment,  la scène,  l’effet,  l’attitude,  la mimique ou l’arrêt sur image,  que chacun a  retenu parce que  le(la) plus apprécié(e) ou le(la) plus détesté(e) ou le(la) plus surprenant(e) dans le film. Il est alors attendu des élèves qu’ils essaient aussi de dire pourquoi, de révéler ce qui les touchés.
Une telle entrée en matière doit permettre  à chaque élève de revenir intérieurement sur le film, de faire un choix et se positionner et d’émettre un avis personnel.
Cette situation est également profitable aux élèves dans le cadre de la rédaction d’une critique sur le film; elle alimente la réflexion de chacun mais permet aussi de s’enrichir des regards et des avis des autres.

Avec les élèves :
Différents procédés pédagogiques peuvent être utilisés :
  • Demander aux élèves de préparer personnellement ce moment de retour sur le film
    ou, au contraire,
    Compter sur la spontanéité des élèves.
  • Donner des aides (arrêt sur images / découpage du film en séquence ou en épisode = voir site Nanouk) facilitant et guidant le retour sur le film par les élèves
    ou au contraire,
    Faire confiance à leur capacité d’analyse, à leur intuition et leur goût.

Ce retour sur le film permet certainement, de poser au final,  quelques enjeux du film à retenir et qui seront abordés avec d’autant plus de facilités.

   ____  Le héros et la guerre  ___
  ____  Héros malgré lui  ____  Le cinéma burlesque ___
 ___   Un drôle de héros ____
La coordination du  dispositif École et Cinéma dans le Bas-Rhin proposait durant l’année scolaire 2016/2017, un parcours « (Super)héros », largement suivi par les classes inscrites au dispositif.
Les enseignants peuvent tabler sur les connaissances acquises par les élèves ayant participer au  parcours (PEAC) et, pour tous les élèves, sur les connaissances acquises lors des lectures, des visionnages de films autres.
Pour construire leur séquence, les enseignants peuvent se saisir des pistes proposées dans le parcours de 2016/2017 et archivées (Rubrique « Programmation Antérieure » / Menu déroulant : Onglet « (Super)héros » / Menu déroulant : des pistes sur le concept « héros » et des pistes sur les films programmés).
L’objectif est de  définir avec les élèves la notion de héros et de mettre en évidence, par comparaison, la manière dont Buster Keaton joue avec la notion de héros et présente dans le film un héros, quelque peu gringalet,  maladroit dans les situations qui ne sont pas celles de son domaine de compétences (face à Annabelle, dans la scène du canon et dans l’usage du sabre par exemples),  héros malgré lui,  mais un héros quand même parce que réactif aux situations, habile dans son domaine de compétences et vainqueur.
Avec les élèves : 
  •  Proposer une joute oratoire, au cours de laquelle les élèves feront à la fois l’éloge et la critique de l’héroïsme de Johnnie. On exigera des élèves que leurs propos soient justifiés par l’illustration verbale d’un passage du film (très courte narration  / rappel d’un épisode, d’une anecdote / etc.)
    Au cours de la joute, chaque élève peut exprimer des positions opposées (le contexte y engage), peut s’enrichir des propos des autres élèves et conforter ou moduler son avis.
  • Après avoir établi une carte des caractéristiques des héros repérés dans les lectures, les films (voir propositions dans le parcours « (Super)héros » 2016/2017 ), établir une carte pour Johnnie et mettre en valeur la particularité de son « héroïsme » (la nature de la quête = retrouver sa locomotive et sa belle / des actions d’opportunité / des résolutions hasardeuses / la part du hasard / la part de la maladresse et de la naïveté).

___   Le cinéma burlesque  ____

Par définition, les films  burlesques créent un univers dominé par l’absurde et le non-sens des situations rencontrées.

  • Le cinéma burlesque fait rire, même dans des situations à dominante dramatique (origine du terme:  burla, en italien =  plaisanterie ).
  • Le cinéma burlesque use d’effets comique :  gag / maladresse /  répétition de situations / persévérance dans l’absurdité mais il s’empare aussi des mouvements  corporels du cirque et de la pantomime pour générer des attitudes amplifiées et comiques.
    Buster Keaton, acteur, excelle par sa présence physique, sa physionomie, ses expressions, ses attitudes qui rendent Johnnie à la fois ridicule et touchant.
  • Le cinéma burlesque c’est aussi une volonté de décrier l’ordre établi et de moquer les  systèmes et les faiblesses humaines.
  • Les héros du burlesque sont la plupart du temps, des personnages mal intégrés dans la société ayant une relation plutôt malcommode à leur environnement et aux autres.

Pour en savoir plus sur le cinéma burlesque: un dossier de l’académie de Toulouse

Avec les élèves les plus jeunes  (Cycle 1 et cycle 2)  et particulièrement Parcours Découverte:

  • Relever dans le film tout ce qui a fait rire.
  • Recenser toutes les idées des élèves, les noter
  • Avec les élèves , les catégoriser en proposant comme catégories,  les grandes caractéristiques du cinéma burlesque (tenir compte des possibilités de compréhension des élèves). L’enseignant pourra éventuellement compléter et apporter les éléments manquants, afin de proposer une première définition du cinéma burlesque.

Avec les élèves plus expérimentés  (Cycle 2 et cycle 3)

  • Proposer une définition simple du cinéma burlesque.
    Dans le cadre du PEAC, s’appuyer éventuellement sur les connaissances des élèves (au cycle 3).
  • A partir de cette définition, consigner les caractéristiques du cinéma burlesque.
  • Établir une carte présentant les caractéristiques retenues (voir un exemple de carte).
  • Individuellement ou en petit groupe, les élèves notent sur une  carte similaire ou agrandie, les extraits ou anecdotes vus dans « Le mécano de la general »
  ___  Des scènes remarquables  __   Le cinéma de Keaton  ___
Rappel de ce qui a été défini antérieurement :  le cinéma burlesque présente parmi ses caractéristiques de décrier l’ordre établi et de moquer les  systèmes et les faiblesses humaines.
Dans Le mécano de la general, Buster Keaton fait une satire de la guerre.
Et pour donner plus de force à cette satire, il transpose un événement authentique, historique de la Guerre de Sécession, le Raid Andrews (1862) et prend appui sur le roman de The Great Locomotive Chase de William Pittenger, (1863).
Lire le résumé du Raid Andrews sur Nanouk, le site pédagogique de Enfants de cinéma
___   Une histoire authentique  ____
Pour affirmer la référence aux faits historiques, Buster Keaton, réalisateur, use de différents moyens:
  • L’utilisation de photos prises sur le vif guident le tournage des scènes de combat
  • l’apparition des noms authentiques des villes du trajet du Raid Andrews sur une carte exhibée dans le film   (plus de précisions)
  • le tournage dans des décors réels
  • l’utilisation de deux vraies locomotives, pour ne pas tricher avec le montage en insérant des plans tournés en studio
  • ces deux locomotives, répliques parfaites de la General sont  construites spécialement pour le film.
Avec les élèves : 
  • Relever des marqueurs du contexte historique
  • Porter l’attention sur l’importance du chemin de fer au XIXème siècle.  Il est signe de progrès technique et industriel et va permettre le développement de territoires isolés. Ceci est particulièrement notoire  dans la conquête de la « civilisation » de l’Ouest des États-Unis
    L’enseignant pourra s’appuyer sur les connaissances des élèves liées à leurs lectures ou aux films vus (BD et dessins animés = Lucky Luke Des rails sur la prairie). 
  • A l’époque du développement du chemin de fer, le cinéma est à ses débuts et les pionniers du cinéma  vont largement « inviter » cette nouveauté technique dans  leur film.
    L’enseignant pourra afficher  la valeur culturelle du train au début du XIXème siècle, en s’appuyant sur un des premiers films des Frères Lumière Arrivée d’un train à La Ciotat,  1897 ( film en N&B, muet, 1’); à l’époque ce film se voulait  apport d’actualités , premier documentaire, mais surtout apportait  la nouveauté des images animées, jouant avec la naïveté et la surprise du public (confusion  entre réel et images), et sur le film The Great Train Robbery de Edwin S. Porter, 1903, (film muet, 10’46). Les deux films cités ont été programmés par la coordination du  dispositif École et Cinéma67 durant l’année scolaire 2016/2017, dans le  parcours « Souviens-toi », et contribuent donc au  PEAC de certains élèves (voir la page du site EetC67)
  • Définir le rôle de la General dans le film. Deux points de vue sont à faire émerger : Le rôle de la General dans la vie de Johnnie / le rôle de la General dans le conflit.
  • Décrire, ou plutôt qualifier la General. Un jeu de comparaison avec les trains actuels facilitera cette activité. Mais c’est surtout, un regard pointu sur les images du film qui est attendu. Une liste de qualificatifs peut être mise à disposition des élèves pour servir leur choix.
    Cette analyse contribuera à saisir la force des images filmées par Buster Keaton.
  • Donner aux élèves des informations sur les locomotives utilisées lors du  tournage du film (voir ci-dessus)
 A découvrir: Des images de la General sur le site officiel d’histoire de la Georgie
A savoir : Le crash de la « Texas », filmé une seule fois par six caméras, est considéré comme la prise de vue unique la plus chère de l’histoire du cinéma.
___   Une  scène remarquable  ____   La chute du train sur le pont  ___
Le choix de filmer la scène de la cascade du train en un seul plan répond à deux intentions de Keaton: dédramatiser l’action et prouver aux spectateurs que la scène est une scène réelle et non pas le résultat d’un montage d’images, de découpages et assemblages de plans, ni d’une scène de maquette.

Ce qui prévaut avant tout dans les films de Keaton , c’est l’authenticité de ce qui est montré au spectateur. Buster Keaton ne veut pas tricher avec le spectateur.
Effectivement, il s’agit bien d’une vraie locomotive, d’un vrai pont et d’un effondrement capté par la caméra. La scène est filmée volontairement à distance, permettant ainsi au spectateur de prendre de la distance (aux deux sens du termes), de ne pas être pris par des émotions dramatiques et de s’attendre au dénouement. De par son traitement filmique, la scène engage le comique; le spectateur s’attend à la chute inévitable du train et vit avec d’autant plus d’ironie l’entêtement du colonel.
Avec les élèves: rejouer la scène en maquette

L’enseignant peut proposer une séquence dans le cadre des enseignements artistiques,

  • Réaliser une maquette de pont
    Avec les élèves les plus jeunes  (Cycle 1 et cycle 2)  et particulièrement Parcours Découverte:
    Matériel utile: des éléments de jeux de construction
    Des images et photos de pont affichées en grand format ou disponibles en petit format dans des boîtes ou des porte-vues
    Contraintes posées: le pont doit enjamber quelque chose et doit tenir debout
    Organisation de la classe: travail individuel ou en duo, dans un espace dédié à cette activité. Cet espace sera organisé pour accueillir également les images et photos de ponts.
    Avec les élèves plus expérimentés  (Cycle 2 et cycle 3)
    Au cycle 2 : Programme des arts plastiques – enjeu de la question de la représentation du monde et dans le cadre du croisement des disciplines  questionner le monde
    Au cycle 3 : Programme des arts plastiques – enjeu de la question de les fabrications et la relation à l’espace dans le cadre du croisement des disciplines sciences et technologie
    Matériel utile: chutes de bois, bâtonnets divers, kapla, vieux cubes, argile, matériel de récupération, tuyautés en papier (papier journal ou de magazine enroulé de manière très serrée autour d’une baguette-genre brochette en bois-)
    Images et photos de ponts / colle et colle à bois, ficelle, fil de fer plastifié (servant à tuteurer les plantes)
    Des images et photos de pont affichées en grand format ou disponibles en petit format dans des boîtes ou des porte-vues
    Contraintes posées: le pont doit enjamber quelque chose et doit tenir debout
    Organisation de la classe: travail individuel ou en duo
    Accéder à un document d’accompagnement autour des ponts; aide pour l’enseignant et/ou pour les élèves

Avec les ponts terminés :
Avec les élèves les plus jeunes  (Cycle 1 et cycle 2)  et particulièrement Parcours Découverte:

  • Jouer et rejouer la scène avec des véhicules miniatures.
    La précarité de fabrication des ponts laisse présumer leur effondrement au moment du passage d’un véhicule miniature. Ce véhicule sera tiré sur le pont à l’aide d’une ficelle invisible.
    Les élèves auront plaisir à faire et refaire les ponts, à jouer et rejouer la scène.
    Pour faire varier l’activité des élèves et leur permettre d’éprouver la solidité des matériaux et l’efficacité de leur construction, l’enseignant sera attentif à faire varier (au cours de la séquence) les éléments de jeux de construction mis à disposition dans l’espace dédié :  variations de matière, de taille et de procédés de construction (cube de bois / cubes de mousse  de différentes dimensions  kapla / lego / etc)
    Attention, pour que les élèves estiment les diverses qualités des matériaux, l’enseignant doit les proposer par catégories (ne donner que des legos / que des cubes en bois / que des…)
    Attention: cette activité doit être gérée dans  une séquence avec des objectifs d’apprentissage, des contraintes bien posées aux élèves et des moments de retour sur l’activité avec les élèves afin de convertir les expérimentations en connaissances
    Matériel utile : petites voitures ou trains miniatures munis d’une ficelle / éléments de jeux de constructions (cube de bois / cubes de mousse  de différentes dimensions  kapla / lego / etc).
    Organisation de la classe: Activité se déroulant dans l’espace dédié à cette activité. Cet espace sera organisé pour accueillir également les images et photos de ponts. Le matériel mis à disposition variera selon les objectifs de l’enseignant. Le nombre d’élèves fréquentant l’espace sera limité. L’enseignant veillera à ce que tous les élèves aient expérimenté.

Avec les élèves plus expérimentés  (Cycle 2 et cycle 3)

  • Jouer et filmer une scène de cascade avec un véhicule miniature.
    La précarité de fabrication des ponts laisse présumer leur effondrement au moment du passage d’un véhicule miniature. Ce véhicule sera tiré sur le pont à l’aide d’une ficelle invisible (attention l’opérateur doit se situer hors du champ de la caméra )
    On pourra jouer autant de scènes que de ponts réalisés.
    Matériel utile : petites voitures ou trains miniatures munis d’une ficelle / appareils photos numériques et/ou téléphone portable
    Organisation de la classe: prévoir les rôles et le scénario  pour le tournage Plusieurs élèves peuvent filmer la scène moyennant des positionnements divers autour de la scène.
    Un clap de départ sera donné à chaque tournage.
    Contraintes posées: Filmer en une seule prise (comme Buster Keaton).
    Filmer selon des points de vue et des cadrages diversifiés.
    Pour les caméramen du cycle 3: s’organiser pour diversifier les mouvements de caméra (travelling latéral / avant / arrière / rotation de la caméra / etc.)
    (voir ci-dessous chapitre suivant)
  • Inventer et filmer d’autres sénarii avec les mêmes éléments (un pont / un ou deux véhicules) Par exemple: déraillement (dérapage) et chute  du véhicule / collision entre deux véhicules / etc.
    Un espace aménagé, dédié au tournage des films peut être installé dans la classe, le temps de la séquence (en savoir plus sur les espaces dédiés et leur utilisation). Les élèves le fréquentent lors des séances d’arts plastiques, et, en autonomie, lors de moments ritualisés  ou dans des moments transitoires.
___    Keaton, réalisateur  ____
Quelques incontournables du cinéma de Keaton peuvent être perçus par les élèves à travers Le mécano de la General  et grâce aux expérimentations filmiques proposées ci-dessus.
Keaton dirige sa caméra avec vitalité et rigueur et avec elle explore le rapport l’espace.
Les scènes sont toujours travaillées avec précision et sérieux pour un résultat éloquent.

Au cinéma, les mouvements de caméra (la caméra se déplace) font plus qu’accompagner la narration; ils sont un moyen de raconter.  Ils peuvent mettre en valeur un objet essentiel à la compréhension de l’histoire,  indiquer des regards,  des gestes, des mimiques,  montrer un comportement mais aussi décrire un lieu, présenter une assemblée ou des personnages présents sur la scène.

Selon les besoins de la scène, Keaton  privilégie :
  • le travelling ( = Mouvement latéral d’une caméra, en général en glissant sur des rails) pour accompagner la locomotive.
  • la rotation sur l’axe;  la caméra accompagne certains mouvements en tournant sur son axe

et joue avec une grande variation de points de vue;   le champ et le contre-champ (prise de vue) lui permettent de  plonger le spectateur au coeur de l’action, et de cadrage avec, d’ailleurs,  de fréquentes mises en abyme.
Pour marquer la vitesse de l’action, Keaton  et joue sur des enchainements rapides de plan fixe tout travaillant  l’agencement au montage des différents angles de vues pour assurer l’impression de continuité.

Avec les élèves :
  • Rechercher au moins 3 manières différentes  de filmer utilisées par Keaton,  au cours du film vu. Pour les élèves de cycle 1 et cycle 2, l’enseignant pourra proposer des arrêts sur images ou des extraits (voir site Nanouk, entrée En classe, site pédagogique d’enfants de cinéma)  pour faciliter la compréhension de la recherche.
  • Poser ou conforter (cycle 3) le vocabulaire technique spécifique.
  • Consigner ce vocabulaire  dans  un lexique commun : un imagier (cycle 1 et cycle 2), un abécédaire du cinéma (cycle 2 et cycle 3),  un dictionnaire du cinéma (cycle 3).
    Un lexique et un document qui se complèteront au fur et à mesure des connaissances nouvelles. Croquis et dessins faits par les élèves, images extraites des films visionnées illustreront avantageuse les définitions.
    Ce document peut suivre la cohorte d’élèves, dans le cadre des actions concertées pour l’éducation artistique et culturelle, PEAC de l’école.
    Liens vers des sites utiles pour l’enseignant : le lexique proposé par le site Nanouk, site pédagogique d’enfants de cinéma  / un lexique créé par des lycéens ( option cinéma) / le site Collège au cinéma propose une page sur le vocabulaire d’analyse filmique.
 ___  Sans paroles  ____  Le cinéma muet ___
Les films muets, pourtant bien éloignés des créations cinématographiques contemporaines des élèves, les séduisent la plupart du temps. 
Avec les élèves :
  • Proposer aux élèves de réfléchir à leur approche personnelle du cinéma muet et, par ce biais, aux particularités du cinéma muet.
    Ce travail s’envisage, en deux temps,  à partir de propositions faites aux élèves.

    • Temps 1 : Une première réflexion par petits groupes de 5 élèves. Les élèves discutent des propositions mises à leur disposition (télécharger le  document_avis sur le cinéma muet ).  Ensemble,  ils retiennent les 3 / 4 ou 5 propositions qui leur semblent les plus pertinentes.
      A noter: l’enseignant pourra faire un choix dans les étiquettes pour en limiter le  nombre et la difficulté en fonction de  l’âge et des compétences des élèves.
    • Temps 2 : Les groupes confrontent leur résultat et argumentent leur choix.
      Remarque: il n’y a pas de réponses justes ou erronées; il y a dans cette activité la recherche de caractériser le cinéma muet et de permettre aux élèves d’émettre un avis sur ce genre
  • Sonoriser un film : Un atelier sur le site de Arte permet de sonoriser en ligne un court film muet de moins de 2 minutes.
    Pour le parcours « Chut » Les élèves peuvent sonoriser leur film;  ils choisissent un film (parmi 8 films proposés sur le site), se créent une bibliothèque sonore (musiques et bruitages) et à l’aide d’un utilitaire de montage, facile à utiliser  sonorisent le film (et peuvent même mixer les sons). Une sauvegarde est possible moyennant une inscription.
    Pour le parcours Découverte et au cycle 2: l’enseignant pourra sonoriser lui-même  le même film de 2 / 3 ou 4 (voire plus) manières et présenter les différentes versions aux élèves afin de leur faire ressentir le rôle de la musique et du bruitage dans un film.
____  D’autres points d’appui ___

___   Des critiques à lire   ___

La critique d’un ciné-club

La critique du site Benshi

___   Des dossiers professionnels   ____

http://www.arsenal-metz.fr/UserFiles/1/File/dossiers-pedagogiques/2014-03-dossier-pedagogique-le-mecano-de-la-general.pdf (à partir de la page 10)

Pour en savoir plus sur les scènes remarquables du film et sur le cinéma de Keaton, un dossier pédagogique École et Cinéma dans le département du Calvados    (page 8/9/10 et suivantes). Le dossier propose également quelques pistes à exploiter dans le cadre des enseignements en arts plastiques.
Une page sur des pistes sonores proposée par la DSDEN du Tarn



DES OUVERTURES CULTURELLES

 

 

logo-bas-rhin ___    Fabienne Py – Conseillère pédagogique en arts plastiques et visuels – DSDEN 67  _____