HÉROS ET SUPER-HÉROS A L’ÉCOLE

HÉROS, SUPER-HÉROS ET ENFANCE

Le héros, comme le super-héros fascine et interpelle l’imagination des enfants et celle des adultes.
Quels qu’ils soient, héros et super-héros correspondent à des archétypes; des figures universelles, communes et partagées. A travers leurs comportements,  ils révèlent  des valeurs  humaines, sociales et morales  universels. Ces valeurs, ces comportements s’incarnent  dans des personnages différents selon les époques et les lieux mais restent fondamentalement les mêmes.
Héros et super-héros jouent ainsi un rôle de modèle,  naturel et sûr parce que toujours en prise avec  l’expérience humaine.

_____________________

La fascination pour les figures de (super) héros commence dès le plus jeune âge, et cette fascination vaut même pour des figures plutôt destinées aux adultes.

L’apparence physique des (super) héros  fait leur attirance;  costumes étranges  facilement repérables et force qui se dégage de leurs muscles saillants.
Le marketing fait autour des super-héros oblige les enfants à la rencontre fréquente avec des images et objets dérivés qui imposent le personnage comme modèle incontournable.
Vers 4/5 ans, ces deux raisons suffisent à faire entrer les (super) héros  dans l’univers des jeux  des jeunes enfants et à satisfaire les besoins de mimétisme imaginaire.

Pour les enfants de  6/7 ans, les (super) héros offrent une image d’identification idéale.
L’enfant sait désormais, que, malgré le costume qu’il vêt ou les accessoires qu’il possède, il n’est pas ce super-héros. Par contre, il est persuadé que, un jour, il pourra le devenir.
Il se projette comme adulte fort et puissant, en parallèle de l’image de la force qu’il attribue à son père.

Pour les enfants de 9/10/11 ans, les (super) héros représentent des modèles répondant aux comportements et aux valeurs que les enfants souhaitent voir valoriser.
La mission de sauveur des (super) héros, les exploits  et l’intelligence déployés pour accomplir leur tâche, la lutte contre les « méchants », la fidélité à leurs valeurs affichées  contribuent chez l’enfant à la prise de conscience d’être une personne entière, morale, sensible et consciente.

Pour les adolescents, les (super) héros un peu différents,  voire  fragiles,  au parcours et aventures un peu moins stéréotypés  sont les plus prisés.
Ils permettent aux jeunes en construction de leur personnalité de s’autoriser la cohabitation de sentiments et de pensées ambivalentes (le bien et le mal / le mensonge et le souci de vérité / etc.). L’identification et la notion de modèle fonctionnent d’autant mieux que les super-héros partagent un quotidien et des préoccupations proches de celles des adolescents. La double vie des super-héros satisfait alors leurs aspirations:  le besoin d’un quotidien référent et le goût pour la rêverie, l’invention d’un monde irrationnel dans lequel ils peuvent se fantasmer autrement.


QUEL(LE)S (SUPER) HÉROS ?
  • Superman
  • Batman
  • Wondewoman
  • Dardewil
  • Hulk
  • Spiderman
  • Les Tortues Ninja,
  • The Dark Knight-Le Chevalier Noir
  • Luke Skymalker (Star Wars)
  • Ulysse
  • Hercule
  • Le Roi Arthur
  • Sinbad le marin
  • Robin des Bois
  • Aragorn (Seigneur des Anneaux)
  • Harry Potter
  • Jules César
  • Roland de Roncevaux
  • Jeanne d’Arc
  • Jules César
  • Les trois mousquetaires
  • Jean Moulin
  • Neil Armstrong

A noter : La liste proposée n’est indicative d’aucune priorité.

Il nous semble difficile de faire le choix des héros les plus remarquables car chacun établit sa liste en fonction de ses priorités et peut même la faire varier en fonction des raisons pour lesquelles cette liste a été établie.

Par exemple:

Ce constat vaut aussi pour les élèves de la classe. C’est pourquoi nous ne proposons pas de liste type estimée consensuelle.

Par contre, nous suggérons de profiter du foisonnement de héros pour :

Avec les élèves:

  • engager des comparaisons entre les héros déjà rencontrés lors des lectures ou  séances de cinéma et/ou connus des élèves. Ce travail permet l’étude des caractéristiques de chaque héros et servira la construction du concept
  • faire établir, par chaque élève, sa liste de héros préférés

VERS LA CONSTRUCTION DU CONCEPT AVEC LES ÉLÈVES

Les pistes qui suivent proposent des axes de réflexion grâce auxquels les élèves pourront  construire  le concept de (super) héros.
Elles sont à moduler en fonction de l’âge, de l’imaginaire (voir ci-dessus) et  des compétences des élèves.

Les recherches autour du concept de héros  offre des pistes pour des échanges, des débats et des choix à justifier et à défendre. 

Démarche proposée:

  • Faire un remue-méninges pour établir une liste commune de héros. (limiter volontairement le nombre à 5 personnages).  Les listes personnelles (voir activité proposée ci-dessus) peuvent servir de point d’appui.  La constitution d’un premier corpus commun  de héros nécessite des choix consensuels et donc, des argumentations qui  engagent des observations  sur le caractère et les comportements de chaque héros proposés.
  • Grâce à l’analyse comportementale des héros de la liste, la classe pourra  discerner des invariants de comportement et de caractère.
  • et de façon concrète commencer à  identifier les caractéristiques  présumées d’un héros.
  • Une carte heuristique pourra être commencée. (voir un exemple de carte heuristique)
  • L’élargissement du corpus de héros permet de conforter les invariants et/ou d’apporter d’autres données à prendre en compte.
  • Modifier la carte heuristique en conséquence.
  • Il n’est de héros, ni de super-héros  sans anti-héros… Pour consolider le concept de héros, il peut être  intéressant de passer par les caractéristiques d’ un concept contraire. Établir une liste de anti-héros célèbres, dont la classe se souvient. Rechercher les caractéristiques qui les rendent anti-héros. Les opposer aux caractéristiques des héros.
  • Élargir le vocabulaire en recherchant les synonymes et les antonymes (courageux / peureux, audacieux / timide, etc.) et les nuances dans les adjectifs
  • Compléter et/ou modifier la carte heuristique.
  • Établir une définition commune du  « Héros » et du « Super-héros »
  • Établir la liste « Top 10 des héros de la classe »

 

__________  Propositions de caractéristiques à retenir pour le héros   ________

Il est une caractéristique  incontournable qui  fait d’un personnage un héros:
C’est le courage extraordinaire qui l’habite et qui  l’amène à accomplir des exploits.
Cette caractéristique s’applique aussi bien à  des personnages fictifs ou  à des personnes vivantes ou ayant vécu.
On peut rajouter à cette particularité, celle du succès qui le fera triompher.
Dans  les œuvre littéraires ou cinématographiques, on adjoint à ces caractéristiques de base,  des caractéristiques variées  nécessaires à la structure de l’histoire.
Elles donnent au héros une réalité vivante et suscitent notre sympathie.
Habituellement :
  • Le héros est d’origine simple, plutôt humble.
  • Il n’est pas  prédestiné à la tâche qu’il va accomplir.
  • Il est appelé à cette tâche, soit par une voix intérieure soit par un événement qui survient et l’appelle vers sa destinée.
  • Cette tâche devient sa quête et l’emmène vers l’abnégation.
  • Lors de cette quête, il sera soumis à diverses tentations, rencontrera des obstacles.
  • Souvent, il trouve sur son chemin une personne qui l’aide à réaliser son objectif.
  • Parfois, lors de cette quête, il rencontre l’amour.
  • Il atteint son but et sort vainqueur.
  • En plus de sa victoire, il a acquis une certaine lucidité sur lui-même.

______ Propositions de caractéristiques à retenir pour le  super-héros   _______

  • On définit  souvent le super-héros comme un héros avec une cape personnalisée.
    Ce critère est juste mais ne suffit pas à définir le super-héros.
    Un super-héros possède plusieurs  caractéristiques  et au minimum, deux de celles définies ci-dessous  :
  • Des capacités extraordinaires (force, rapidité hors du commun, capacité de voler …) communément appelées super-pouvoirs, lui permettant d’accomplir des exploits surhumains
  • Un équipement  lui permettant de rivaliser avec d’autres êtres ayant aussi des super-pouvoirs.
  • Une double identité : celle d’une personne normale et celle, secrète, de super-héros.
  • Le port, dans le cadre de ses aventures, d’un costume distinctif, souvent moulant, qu’il abandonne quand il reprend ses activités de personne ordinaire.

 

DES PISTES DE TRAVAIL
  • Faire  l’éloge  d’un (super) héros. Après avoir vu un film ou lu une histoire, organiser  un débat pour défendre ou critiquer le héros. Cette activité parait particulièrement pertinente pour les classes qui s’engage dans le concours de critique de film.
  • Donner une liste de (super) héros et de personnages célèbres (vivants ou ayant vécu) et demander de les classer en ces deux catégories. Ce travail permet d’éviter l’amalgame et de réaffirme les caractéristiques qui définissent le (super) héros.
    Par exemple: un footballeur contemporain est-il un héros ?
  •  Il n’est de héros sans « méchants »…  Pour consolider le concept de héros, il peut être  intéressant de passer par les caractéristiques de ses opposants.
    Établir une liste de « méchants » célèbres, dont la classe se souvient. Rechercher les caractéristiques qui les rendent mémorables et dégager les invariants. Les opposer aux caractéristiques qui rendent les héros mémorables.
  • En quelques lignes, décrire un « méchant »:
    Qu’est-ce-qui le rend méchant ? (= les déclencheurs de sa méchanceté)
    Comment se traduit sa méchanceté envers les autres ? (ses actes, ses « armes »)
    Pourquoi fait-il peur ?
    Pourquoi faut-il lutter contre lui ?
  • Le site de la Bibliothèque National de France  propose une exposition virtuelle sur le héros avec des pistes d’exploitation.  Pour découvrir l’exposition virtuelle
  • Le site « L’expérience de l’Art » , site pour le développement de projets plastiques en milieu scolaire récapitule des projets de classe autour du super-héros et propose des pistes pédagogiques.

 

  • Des lectures utiles:
  • Super H., Olivier Douzou, Editions du Rouergue
  • Nulman, Christophe Lemoine, Editions Thierry Magnier (coll. Petite Poche)
  • Jeanne, Thierry Dedieu, Seuil Jeunesse (Bande dessinée)
  • Jason et la Toison d’Or, Nicolas Cauchy, Editions Gauthier-Languereau
  • Ulysse et le cheval de Troie, Christine Palluy, Editions Milan
  • Les chevaux illustres, Pierre Davy, Editions Nathan, Contes et Légendes
  • Les Samouraïs, Anne Jonas, Editions Nathan, Contes et Légendes
  • Robin des Bois, Stéphane Frattini, Editions Milan
  • D’Artagnan, Claude Merle, Editions Bayard Jeunesse

logo-bas-rhin ______    Fabienne Py – Conseillère pédagogique en arts plastiques et visuels – DSDEN 67  ________